Samedi 20 mai de 19 h à 22 h 30, le Musée ouvre gratuitement ses portes.
Une démonstration du travail au chalumeau par Marcoditch est proposée et à la nuit tombante, le jardin de sculptures s’illuminera.

Ouverte en 2001 après le mort de Pierre Manoli, le musée était créé dans les ateliers de l’artiste. La visite se déroule dans plusieurs salles, ateliers, chapelle et jardin – un lieu éclectique mais harmonieux pour admirer les 300 sculptures de Manoli, « l’artiste qui travaillait le feu. »

Vous pourrez également découvrir l’exposition « L’Atelier de l’artiste » autour des nombreuses techniques de création de MANOLI.

Qui était Pierre Manoli ?

Née au Caire en Egypte en 1927. Son père médecin célèbre et amoureux des arts accueil dans la maison familiale nombre des artistes.

man8Dès son jeune âge, il commence à modeler des figurines et souhaite devenir sculpteur. Il fait des études artistiques aux Ecoles National Supérieure des Beaux-Arts du Caire et à Paris où il va s’installer.

man3

En cherchant des nouvelles techniques, il métamorphose les matériaux de récupération en sculptures, en utilisant le chalumeau pour travailler le métal, la faïence et même le granit, lui donnant le nom de « l’artiste du feu », et aussi les ressources du mouvement, de l’équilibre et du déséquilibre avec la série des trapézistes et des personnages dans l’espace.

man5

« … la matière est une amie et non quelque chose à dominer, » il disait. « L’art est une rencontre. Les idées viennent vers nous. On capte les idées.  Je transmets mes émotions à travers la sculpture, je donne et je reçois beaucoup. Ma sculpture est un cri… »

man4

Il réalise des nombreux œuvres monumentales sur commandes dont pour les organismes d’Etat et des municipalités : des sculptures murales pour la Caisse Nationale du Crédit Agricole à Paris, « Hommage au rail » et « La Grande Voile » pour la Gare Montparnasse, le mobilier liturgique pour la cathédrale Saint-Corentin de Quimper.

Manoli à Dinard

Plus proche chez nous « Couple de chevaux » pour le centre équestre à Dinard, une sculpture commémorative du dixième anniversaire du jumelage Dinard-Starnberg installé dans le parc de la villa Bocage, et des moutons aux hélices en hommage à la Rance pour l’usine marémotrice.

C’est un 1975 qu’il s’installe avec sa femme Britt-Marie à La Richardais dans un atelier qui deviendra le musée après son décès en 2001.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!