Dans L’Ouest Eclair il y a 100 ans le 17 octobre 1916 :

oe17101916article640

Difficile d’imaginer aujourd’hui l’impossibilité d’aller à  Saint Malo ou d’en revenir après 17 h 30 jusqu’au printemps !

Avant 1850 la traversée se faisait à bord d’un bac à voile et il fallait parfois deux à trois heures pour aller à Saint Malo. Les voyageurs, à la merci des vents et des  marées, arrivaient parfois à Saint-Servan, à Saint-Malo à la cale de Dinan ou au petit Bé et à Dinard, soit à la Vicomté, au Prieuré ou au Bec de la Vallée et après on marchait !

L’embarcadère à la Vicomté avec le port de Saint-Servan en face, les embarcadères à Saint Malo ; à la cale de Dinan et au Petit Bé  :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En cas de forts vents ou de très grande marée la traversée n’était quelques fois pas du tout possible. Un noël trois pères de familles restèrent même bloqués à Saint Malo pour la nuit quand le vent s’est levé et ne purent rejoindre leurs familles à Dinard pour la fête !

figaro-15121896

L’arrivée du bac à vapeur dans les années 1850 va révolutionner le passage entre Dinard et Saint Malo. Le bac à vapeur va permettre de faire une traversée en 10 minutes et au lieu de 10/15 personnes, on passera jusqu’à mille personnes par jour. Deux sociétés seront en compétition pour la traversée : les vedettes blanches à la cale de la vallée et les vedettes vertes à leur embarcadère privé.

La Cale du Bec de la Vallée – Les Vedettes Blanches
Mention au 17e siècle de la cale nommée le Haut Quay située sous l’hôtel Bellevue.

L’embarquement et le débarquement étant très incommodes et dangereux à l’embarcadère de Dinard, un projet de construction d’une nouvelle cale à l’anse du Bec de la Vallée est avancé en 1779. Le projet est repris en l’an XI (1802-1803). Les travaux de la nouvelle cale ne sont effectués qu’entre 1835 et 1837 et de nouveaux aménagements réalisés entre 1845 et 1849 pour faciliter l’accostage des bateaux à vapeur à toutes les hauteurs des marées. C’est en 1858 que la société Fichet et Compagnie met en service son premier bateau à vapeur, La Rance.

En 1869, un bureau d’octroi est établi, le passage devient de plus en plus fréquenté et en 1877 4 bateaux à vapeur sont en service entre Dinard et Saint-Malo : La Rance, le Duguay-Trouin, Les Trois Villes et Le Dinardais.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

De nouveaux travaux sont attestés entre 1879 et 1881 pour agrandir les quais encombrés par les bateaux de passage, et en 1897 on décide de les prolonger d’une longueur de 50 m supplémentaires avec établissement d’une jetée perpendiculaire de 25 mètres. En 1906, les travaux de construction de la cale des voiliers sont amorcés. Il a été mis fin au monopole du passage en 1902.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’Embarcadères des Vedettes Vertes

vv01

En 1910, une concession est accordée à la Société des nouvelles vedettes de Dinard pour établir une cale destinée à l’embarquement et au débarquement des voyageurs venant de Saint-Malo. En 1911, un chenal d’accès est creusé, et les bureaux sont installés.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

De nouveaux locaux sont construits par l’entrepreneur malouin Le Bihan en 1939 à l’emplacement de la villa Régine construite au 27 avenue George V.
(Texte sur la Cale et l’Embarcadère : Inventaire général 1997)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La traversée entre Dinard et Saint Malo aujourd’hui sur le « Corsaire de Dinard » de la compagnie  Corsaire avec ses 214 places (les vedettes blanches et vertes avaient autour de 20 places) :

Article dans le Pays Malouin le 5 mai 2016 : Le dernier témoin du passage Saint Malo – Dinard avant la création du barrage de la Rance, une vedette à 21 passagers construit en 1937 classé monument historique est en train d’être restauré à Saint Malo.

vedette-pm05052016a vedette-pm05052016b

Une réponse

  1. Il y a 50 ans : Le 26 novembre 1966 le barrage de la Rance est inauguré, un suspense de 100 ans – Dinard-Bretagne

    […] La route départementale 168 passe sur le barrage et permet aux véhicules de relier Dinard à Saint-Malo. Avant la construction du barrage, il était nécessaire de faire le détour par le pont Saint Hubert à Plouër-sur-Rance pour relier les deux villes en voiture ou d’emprunter le bac des Vedettes Blanches ou Vertes (cf. Dinard à travers le temps : La traversée de la baie entre Saint Malo et Dinard) […]

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!