Vernissage en présence du photographe dinardais Pierre Jérome JEHEL 1 avril 18 h 30 au Yacht Club.

Partez à la découverte d’un monde caché et mystérieux nourri par un imaginaire en éveil !

Cette exposition présente un travail mené en 2016 sur l’Usine marémotrice de la Rance. Les photographies proposent une vision nouvelle et exploratoire de cet ouvrage en dépassant une vision descriptive ou une reconstitution historique.


A l’embouchure de la Rance, face à l’océan, s’immerge le gigantesque ouvrage de béton qui s’anime au rythme des marées. Telle l’invention de Morel imaginée par Bioy Casares2, les mouvements de la mer créés par le déplacement de la terre et des planètes agissent sur cette machine pour créer l’électricité. La surface des eaux s’agite, se trouble ou forme de puissants courants, sans que le promeneur puisse mesurer l’ampleur du mécanisme. Sous la mer se développe une architecture monumentale faite de voûtes, de cathédrales en béton, de turbines et de couloirs où des silhouettes fugitives s’animent au travail.

Ces images révèlent une réalité inouïe mais donnent à voir d’abord comment l’imagination travaille, à mesure que l’on s’enfonce dans ce ventre de la mer.

Au cœur de ce travail c’est la relation entre l’homme et les phénomènes naturels qui guide notre curiosité. Pour maîtriser ces forces astronomiques, l’homme s’est fait ingénieur, il a construit une machine dont il doit maintenant devenir l’orchestrateur. Telle une usine sous-marine, la structure se déploie en forme de labyrinthe et c’est donc la relation de l’homme à la machine qui vient interférer dans cette perception des éléments naturels.

ll y a une cinquantaine d’années, en novembre 2016, était inauguré le « Barrage de la Rance ». Idée géniale à une époque où l’énergie devenait un problème majeur, idée prémonitoire aujourd’hui où l’intérêt pour les énergies renouvelables est grandissant.


Pierre-Jérôme Jehel est photographe et enseignant.

Dans sa pratique photographique et ses recherches, son travail porte sur les rapports entre la photographie, les sciences de terrain et le voyage. Il l’aborde toujours dans un équilibre entre une approche documentaire et poétique. Il réalise ses images dans le cadre de projets personnels ou de commandes, en général pour des institutions ou des missions de recherche. Ainsi il a commencé il y a plus de 20 ans par photographier une communauté en Amazonie équatorienne avec un ethno­musicologue (présenté aujourd’hui au Musée du Quai Branly), puis il a accompagné des missions archéologiques en Égypte et en Syrie, tout en menant un travail au long cours sur les pays d’Europe de l’ouest (Irlande, Ecosse, Hébrides), publié en 2012 (Signes d’un paysage, La part des Anges éditions). Installé à Dinard, il a consacré une série photographique à la métamorphose de la villa Bric à Brac en l’Hôtel Castelbrac et récemment ce travail sur l’usine marémotrice de la Rance mené en 2016.

Pratique : L’exposition sera ouverte tous les jours du 2 avril au 8 mai de 10 h 30 à 15 h dans le salon des membres, Yacht Club, Promenade Clair-de-lune

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!