La Malouine, un de plus beaux quartiers de Dinard domine la côté ouest de la plage de l’Écluse avec ses villas de la belle époque.

Le prestige du Parc de la Malouine, lotissement de caractère somptueux et voué à une clientèle aristocratique, planté sur le rocher du promontoire à l’ouest de la plage de l’Ecluse a longtemps servi de vitrine à Dinard.

Les terrains de la Malouine, un véritable parc où l’on chassait le lapin, ont été achetés dans les années 1850 par le duc d’Audiffret-Pasquier, Sénateur, ancien Président de la Chambre des Députés et du Sénat, Membre de l’Académie.

En 1865 il y construit une demeure de grandes dimensions, le château de la Malouine (aujourd’hui disparu)

Quand le vieux Dinard est devenu une ville à la mode, le duc a vendu sa Malouine.

Un lieu pour voir et être vu

En 1879, M. Poussineau a converti le parc en une cité boisée, dans laquelle il a fait soigneusement exécuter la viabilité.

Le cahier des charges du lotissement de la Malouine est conçu pour « être habité bourgeoisement ». Il l’imagine entièrement voué à la contemplation du panorama et au rayonnement sur une station en devenir.

Parmi les rues nouvelles tracées dès l’origine par Poussineau, une route en corniche sillonne la ligne de crête entre les villas et leurs jardins.

L’allée des Douaniers, voie la plus sinueuse, en corniche est ponctuée d’un rond-point anglais, de bancs publics et de terrasses en promontoire qui permettent de voir le paysage.

Le parc, est clos de mur et d’un portail marquant l’accès à la voie principale du lotissement.

Le panorama exceptionnel de la pointe de la Malouine, en avancée dans la grande baie de Saint-Malo, est intégré comme une composante paysagère du lotissement à caractère élitiste

Texte : Gaelle Delignon et Le Figaro des années 1880

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!