OF du 9 juin 2018

De là à dire que les « grandes manœuvres » pour 2020 ont commencé, c’est un peu juste. D’autant que depuis le printemps de l’année dernière, elles ne sont jamais arrêtées. Deux adjoints du maire avaient à l’époque lancé la course, et ils continuent à se « tirer la bourre » !

Les rentrées d’argent pour la ville

Avec les différentes ventes de patrimoine à Dinard, la commune va engranger plus de 6 M€ (la gare, la villa Beauregard, l’ancienne école et un terrain près de l’église). Mais au regard du budget primitif voté qui ne voulait pas prendre ses rentrées d’argent, nous allons arriver à un paradoxe. En fin d’année, il restera dans les caisses plus de 4 M€ qu’on ne peut pas utiliser, car les dépenses n’ont pas été prévues et de l’autre, la commune conservera une dette de plus de 20 M€. Pas sûr qu’on puisse appeler cela de la bonne gestion financière. Mais de ça, il n’en a pas été question lors du conseil.

De même, on ne sait pas comment vont être financées la rénovation de Port Breton (dont la finalité reste floue), au bas mot 4 M€ au regard du coût des Roches Brunes, ni la construction du parking du projet Eiffage (4,5 M€, moins on fait de places plus le coût unitaire augmente). Quant à la rénovation de l’assainissement, comme c’est un budget annexe, tant qu’on n’augmentera pas drastiquement la part communale de la taxe payée par les résidents, on ne s’en sortira pas. Avec la disparition de la taxe d’habitation, c’est maintenant qu’il faut le faire, le « train » ne repassera pas deux fois. Profitons-en pour augmenter aussi celle de l’eau, les normes ne vont sûrement pas diminuer.

Position du terrain communal près de l’église qui servait de jardin partagé et qui vient d’être vendu pour faire la nouvelle école privée : j’aime bien les explications de JCM. « On n’allait pas le vendre pour faire un projet immobilier ! » Mais une école c’est quoi ? Et autour, j’ai beau chercher, je ne vois pas de champ. Il paraît même qu’on est en zone protégée nécessitant l’avis de l’architecte des bâtiments de France !

Les nouvelles obligations en termes d’assainissement

La commune vient de décider de généraliser le contrôle de conformité des évacuations des eaux lors des ventes immobilières. Beaucoup risquent de conduire à des travaux supplémentaires pour toutes les rues dans lesquelles les réseaux séparatifs ont été installés. Le conseil municipal en a profité pour nous « vendre » un nouveau poste pour assurer ce suivi en liaison avec le délégataire. Étonnement, j’ai rencontré récemment un employé de la commune qui avait déjà les qualifications requises et qui effectuait déjà le suivi des travaux de la SAUR. Pourquoi un deuxième poste ? En tout cas certaines de ses futures missions m’ont paru un peu « fumeuses » :

  • « vérifier sur site l’application des prescriptions des permis de construire » : si c’est pour les branchements, ce n’est pas lui c’est la SAUR qui fait les tests (DSP[1]) … sur le domaine public. Sinon à quel titre pourra-t-il entrer sur une propriété privée et pour vérifier quoi, et avec quelles qualifications ?
  • « Distribuer les informations travaux aux riverains » : quels travaux ? Ceux liés à l’eau et à l’assainissement ou tous les travaux, car il n’y a pas forcément que ceux liés à l’eau ou à l’assainissement dont il faudrait informer les riverains ? Faudra-t-il alors recruter un nouvel agent ?
  • « d’assurer le suivi des travaux du service public d’assainissement non collectif » : il faut savoir que le « SPANC » est un service intercommunautaire (vive la confiance) qui ne fait aucun travaux mais juste des contrôles et quand les contrôles ne sont pas bons, c’est le propriétaire qui doit se charger de faire effectuer les travaux par un professionnel … agréé, avant un nouveau contrôle du … SPANC. Va-t-il travailler pour le SPANC et donc la CCCE va-t-elle participer à sa rémunération ?

Je ne sais pas qui a rédigé la fiche de poste, mais il y a de quoi se poser des questions sur ce recrutement. Dommage, les minorités n’en ont pas eues, encore une fois.

Le maire nous a dit qu’il y a des subventions pour mettre aux normes l’assainissement : c’est vrai pour le non collectif, mais personnellement je n’ai pas trouvé d’infos pour la mise aux normes dans le cadre de l’assainissement collectif. Sur le site ci-dessous on trouve la formule pratique : « Pour bénéficier de cette aide : vous devez signer une convention de mandat avec la collectivité compétente ». On attend de voir ce que va proposer la commune !

https://aides-redevances.eau-loire-bretagne.fr/home/aides/particuliers.html

Il faut savoir que l’agence de l’eau vient de voir réduire son budget de 30 % et de se confier de nouvelles missions. Il est donc peu probable qu’elle subventionne ces futurs travaux.

le cinéma

Quand le maire nous dit que la CCCE ne subventionne pas le déménagement du cinéma, soit il ne dit pas la vérité soit il ne s’intéresse pas au sujet : la ligne ci-dessous est extraite du budget primitif 2018 de la CCCE, section investissement :

On y voit clairement que le terrain est acheté par la CCCE et que ce n’est pas fini, car il y a aussi 30 000 € pour des études … pour la suite. Je crois qu’au total, la CCCE a prévu d’investir 600 000 € pour la venue du cinéma. Rien que de bien naturel sûrement !

JCM se ravit de la nouvelle future semaine du cinéma d’histoire, car elle va permettre au cinéma de Dinard de continuer à fonctionner. Avec la multiplication des semaines des cinémas, ce sont des associations qui assurent ce fonctionnement avec … les subventions de la commune. La toute nouvelle association à peine créée vient d’obtenir 1000 € de subvention.

Le cinéma que nous n’aurons pas : merci qui ?

Le maire nous dit que les propriétaires du cinéma veulent à tout prix le maintenir. Les maires de la CCCE ont tous signé une motion pour son maintien. Nous prendrait-on pour des naïfs ? Quand le cinéma ne sera plus rentable parce qu’un cinéma art et essai vivote toujours péniblement et que surtout il faudra mettre aux normes d’accessibilité le vieil établissement (qui était le premier souci pour le non maintien dans ses locaux) comment cela va-t-il se passer ? Mais d’ici là le nouveau cinéma à la Richardais sera fini et JCM ne sera plus maire …

Restauration pour le futur collège de la Richardais

JCM nous a redit que c’est la restauration municipale qui pourrait le faire. Je rappelle que c’est une restauration MUNICIPALE, donc pour la commune et pas pour la commune de la Richardais. Que ce service public n’est pas là pour fournir des prestations à un organisme privé. Enfin, si cela devait être le cas, des prestataires privés du domaine pourraient attaquer ce « marché » pour concurrence déloyale. Tant que le collège privé était co-localisé avec la restauration municipale, cela pouvait s’accepter. Maintenant qu’il quitte la commune, la donne juridique est complètement différente et il ne me paraît pas judicieux de continuer dans ce sens.

Prochain conseil municipal : lundi 16 juillet 2018.

 

[1] Délégation de service public.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!